Le Réveil Lozère 12 février 2020 à 09h00 | Par Yannick Groult

La FNB exhorte la filière bovine à s’organiser et à « changer de logiciel »

Lors du congrès de la FNB (éleveurs bovins) les 5 et 6 février à Anse (Rhône), un consensus a émergé autour du projet de structuration porté par le syndicat. D’abord centré sur le label rouge, ce projet d’AOP vise à regrouper l’offre pour gagner de la valeur. Un chantier titanesque pour une filière minée par la concurrence entre producteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’organisation collective des producteurs était au cœur des discussions du congrès de la FNB à Anse. Ici une table ronde animée par le journaliste Pascal Berthelot.
L’organisation collective des producteurs était au cœur des discussions du congrès de la FNB à Anse. Ici une table ronde animée par le journaliste Pascal Berthelot. - © Yannick Groult

« Changer de logiciel », et vite. Tel était le mot d’ordre martelé lors du congrès de la FNB (éleveurs de bovins viande), les 5 et 6 février à Anse, dans le Rhône. La branche bovine de la FNSEA s’est lancée dans un projet ambitieux : structurer la filière autour d’une association d’organisations de producteurs (AOP). Le but ? Aller chercher de la valeur en organisant l’offre en amont. Un chantier titanesque dans une filière bovine en proie au marasme économique et réputée pour son manque d’organisation.
Pourtant, lors du congrès, les discussions – parfois viriles – ont fait émerger un consensus. L’initiative de la FNB a ainsi reçu le soutien de Didier Guillaume. Le ministre de l’Agriculture était venu clore les travaux en s’engageant à « organiser une réunion au ministère sur ce sujet après le Salon de l’agriculture ». L’AOP « est une solution simple qui peut générer de la valeur et qui a le mérite de fédérer et de mutualiser les moyens », a défendu Bruno Dufayet, président de la FNB. Autre argument largement répété : l’AOP se superposerait aux structures existantes, sans les supprimer. Par exemple, la fédération Elvéa (créée par la FNB et regroupant une trentaine d’OP non commerciales) joue en partie un rôle similaire. « Nos adhérents vont se positionner pour créer une AOP », a d’ailleurs indiqué son président Philippe Auger lors du congrès. Et de préciser : « Si par la suite il y a deux AOP, nous pourrons discuter ».

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1547, du 13 février 2020, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le statut du fermage est devenu trop compliqué, trop strict, et les propriétaires cherchent à s’en détourner

Explique Jean Terlier, ancien avocat spécialisé en bail rural. La première réunion de la mission parlementaire sur le statut juridique des baux ruraux s’est tenue le 11 février, animée par ses co-rapporteurs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui