Le Réveil Lozère 21 juin 2017 à 08h00 | Par ED

La fixation du carbone, un enjeu d’avenir pour les forestiers privés

Réunis en assemblée générale le 13 juin, les forestiers privés se sont penchés sur le carbone.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Marie-Annick Carré

« La tonne de carbone séquestrée par la forêt est une opportunité majeure à saisir en bonne entente avec les agriculteurs », a lancé Julien Dossier, consultant innovation chez Quattrolibri, le 13 juin lors de l’assemblée générale de la fédération des syndicats de forestiers privés (Fransylva). D’après lui, « la séquestration de carbone est compatible avec l’exploitation de la forêt ». Il reconnaît cependant que, pour l’heure, le prix de la tonne de carbone n’est pas clairement défini et dépend de ce que les entreprises se fixent. Pour autant, il estime à cent euros par an la valeur d’une tonne de carbone fixée (un mètre cube de bois). « C’est une question politique », insiste-t-il, incitant les forestiers privés à s’emparer du sujet.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1415, du 22 juin 2017, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Au plus tard en 2022, les retraites des chefs d’exploitation à carrière complète atteindront donc 85 % du Smic, soit environ 1 025 euros par mois

Se félicitent les syndicats.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui