Le Réveil Lozère 05 février 2020 à 12h00 | Par Lucie Grolleau Frécon

La filière viande bovine s'engage

Les acteurs de la filière viande bovine d'Auvergne-Rhône-Alpes et les représentants des services de l'État étaient conviés à prendre part à une journée organisée par Interbev Aura, jeudi 23 janvier à Savigneux (Loire), sur la démarche Les viandes de boeuf Label rouge.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les représentants régionaux et nationaux d'Interbev ont présenté la démarche Les viandes de boeuf Label rouge.
Les représentants régionaux et nationaux d'Interbev ont présenté la démarche Les viandes de boeuf Label rouge. - © Lucie Grolleau Frécon

C'est dans un contexte d'évolution des habitudes de consommation de viande et de nouvelles attentes sociétales, mais aussi dans le cadre des discussions des États généraux de l'alimentation, que les familles d'Interbev, l'interprofession de la viande, se sont engagées, fin 2017, dans un plan de filière bovine. Il fixe deux objectifs : mieux satisfaire les consommateurs pour encourager la consommation de viande bovine française et assurer une rémunération correcte aux différents maillons et des marges pour investir. « Collectivement au sein de la section bovine, il a été conclu que la montée en gamme serait basée sur les signes d'identification de la qualité et de l'origine (Siqo) pour créer de la valeur », expliquait Philippe Dumas, président d'Interbev Auvergne-Rhône-Alpes. Parmi les Siqo, « le Label rouge s'est imposé naturellement » : qualité organoleptique supérieure ; crédibilité d'un cahier des charges public ; démarche certifiée et contrôlée ; un logo parmi les mieux connus du consommateur. « Ce mouvement de fond enclenché par la filière constitue un engagement fort pour faire des viandes de boeuf Label rouge un véritable segment de marché dans l'univers de la boucherie, différenciant pour les consommateurs et valorisant pour chaque acteur de la filière. » Pour cela, poursuivait Philippe Dumas, « un objectif a été fixé collectivement : 40 % de l'offre viande bovine en Label rouge » à cinq ans. Pour qu'elle réponde aux objectifs fixés dans le plan filière, les acteurs de la filière viande réunis au sein de l'interprofession ont travaillé sur plusieurs leviers : un cahier des charges rénové qui renforce les réponses aux attentes sociétales ; la mise en place d'une contractualisation qui a pour objectifs de sécuriser les relations commerciales et assurer un juste partage de la valeur entre les acteurs de la filière, et notamment les éleveurs ; un plan de communication fort pour séduire les consommateurs et accompagner les points de vente qui s'engagent dans la démarche Les viandes de boeuf Label rouge.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1543, du 6 février 2020, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

L’agriculture vit une crise et des difficultés importantes, avec une moisson qui s’annonce compliquée, une sécheresse, des difficultés liées aux ravageurs, des attentes très fortes de la société et une restructuration économique. Il faut accompagner les agriculteurs dans ces transitions

Dit le président de l’Apca (chambres d’agriculture), Sébastien Windsor, qui souhaite un ministre « à l’écoute ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui