Le Réveil Lozère 25 octobre 2016 à 08h00 | Par Mélodie Comte

La filière ovine globalement optimiste pour l’avenir

Quel sera l’avenir de la production ovine en 2025 ? Une question à laquelle a tenté de répondre l’Institut de l’élevage avec l’aide des différents acteurs de la filière, lors du Sommet de l’élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La consommation française va s'orienter sur des pièces élaborées.
La consommation française va s'orienter sur des pièces élaborées. - © Sophie Chatenet

La filière ovine est entre deux eaux. D’un côté, elle subit la baisse générale de la consommation de viande, du nombre d’éleveurs et de cheptels, le retour de la prédation et des épizooties sanitaires lourdes de conséquences. De l’autre, elle bénéficie auprès du grand public d’une image agro-environnementale pleine d’atouts et d’une amélioration de ses revenus. Devant cette multitude de signaux contradictoires, l’Institut de l’élevage a proposé aux acteurs de la filière une réflexion sur l’avenir de la production à l’horizon 2025. De ce travail commun ont émergé plusieurs leviers prioritaires qui permettraient de conforter le tissu productif.

Six groupes de travaux composés à la fois d’éleveurs, d’abatteurs et de distributeurs, répartis dans toute la France (Brioude, Nancy, Angers, Limoges, Gramat et Sisteron), ont imaginé la production ovine de 2025 avec pour seul mot d’ordre : faire abstraction des difficultés d’aujourd’hui. Un exercice auquel ont participé Claude Font ainsi que Jean-Paul Rault, éleveurs ovins respectivement de Haute-Loire et de Vendée. Ils sont longuement revenus sur cette expérience. « Ce type de travail est très important pour la filière. Il dessine son avenir. Nous sommes très satisfaits que les éleveurs aient été invités. Il est temps que nous soyons impliqués au-delà de l’acte de production. Notre travail ne s’arrête pas à la porte de la bergerie », explique Claude Font. Les différents scénarios proposés par l’Institut de l’élevage le prouvent. Le premier intitulé crise prévoit une chute et une marginalisation de la consommation de viande ovine. L’agneau deviendrait alors une production à l’image de la viande chevaline (peu d’éleveurs, prix faible, désengagement public). Le scénario embellie projette un avenir prometteur avec une reprise de la consommation et une production mixte (signes officiels de qualité et standard, intensif et extensif). Dans les deux cas, les éleveurs ont un rôle à jouer.

La suite dans le Réveil Lozère, page 7, édition du 27 octobre 2016, numéro 1381.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Ouragan (26) | 26 octobre 2016 à 09:15:24

Si rien n'est fait contre la prédation, l'avenir de la filière se fera sans les agneaux labellisé des Alpes, du Jura, des Vosges et des Pyrénées. C'est écrit Noir sur Blanc: " loups a vocation à s?étendre sur le territoire français, mais pas nécessairement dans toutes les zones. -Des territoires confortés, adaptés et soutenus face à la présence de loups. Ces espaces pourraient correspondent aux massifs montagnards colonisés actuellement (Alpes du Nord et du Sud) et en colonisation prévisionnelle (Jura, Vosges, Pyrénées) ! Dans ces zones, doivent être établies de fortes restrictions à l?élevage, en accord avec les réalités locales, afin que l?élevage ne perturbe pas les carnivores. /?/ »" ,"Ailleurs, dans les zones réservées à l'élevage intensif, il faudra faire les prélèvements nécessaires pour qu'il ne puisse pas s'installer" WWF, UICN et Institut pour les Grands Carnivores en Europe (LCIE) Les éleveurs des zones épargnées seront ils solidaires des éleveurs sacrifiés.

REGIS (15) | 26 octobre 2016 à 09:31:55

Les consommateurs veulent des aliments chargés de naturalité, des animaux élevés au plus près de la nature, et consommant des herbages naturels en plein air. Le pastoralisme nous apporte cela.

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Le travail accompli est considérable. Que des jeunes agriculteurs sachent créer ce genre de moment pédagogique et festif pour partager leur passion est une réelle fierté.

soulignait Jérémy Decerle, président des JA, lors des Terres de Jim qui se sont tenues cette année à Margny-lès-Compiègne dans le Val d’Oise du 8 au 10 septembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui