Le Réveil Lozère 22 janvier 2020 à 09h00 | Par AJ

La filière laitière lance sa démarche de responsabilité sociétale

Prévue par le plan de la filière laitière, la démarche « France Terre de lait » a été officiellement lancée. Cette démarche de responsabilité sociétale à l’échelle de la filière servira de socle commun à tout le lait et aux produits laitiers français.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Bernard Griffoul

« Nous avons la plus belle filière du monde », « la France est une belle terre de lait », « il y a une excellence de la filière tant gastronomique que sanitaire ». Les professionnels laitiers n’ont pas tari d’éloge sur leur filière lors du lancement de la démarche de responsabilité sociétal « France Terre de Lait, la filière laitière s’engage », le 14 janvier. Grâce à ce socle commun à l’ensemble des acteurs de la filière, ils entendent bien le prouver aux consommateurs.
« Fruit d’une ambition partagée » comme l’explique Thierry Roquefeuil, président du Cniel, et de « l’impérieuse nécessité de créer de la valeur et de la répartir », insiste Caroline le Poultier, directrice générale du Cniel, cette démarche était promise par le plan de filière remis par l’interprofession il y a deux ans. Le Cniel n’intégrait alors pas encore le collège commerce, distribution et restauration qui l’a rejoint en 2019.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1543, du 23 janvier 2020, en page 09.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Continuons de faire de l’agriculture de conservation, parce que c’est un bon modèle, et continuons à mettre du glyphosate tant qu’on n’a pas trouvé autre chose

a déclaré le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume. Il a indiqué que l’agriculture de conservation fera partie des usages autorisés pour le glyphosate après 2021, en l’absence d’alternatives.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui