Le Réveil Lozère 21 mars 2018 à 09h00 | Par Valérie Godement

La filière chêne en danger

Les professionnels du secteur s’inquiètent pour la pérennité de la filière car une pénurie de matière première menace les scieries françaises.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« La conjoncture de la filière bois s’améliore mais celle du chêne se détériore. Les carnets de commandes sont pleins et pourtant les scieries ne peuvent pas les honorer car elles manquent de chêne, la matière première nous quitte » s’alarme Philippe Siat, président de la Fédération nationale du bois (FNB). Pourtant, avec 16 millions d’hectares de forêt, couvrant 29 % du territoire, la France est à la tête de la troisième plus grande surface forestière d’Europe. Elle est ainsi le troisième producteur mondial de chêne et le premier en Europe. Le problème réside dans les exportations, trop importantes aux yeux des responsables de la filière. Selon eux, 25 à 30 % de la collecte forestière nationale de chêne est exportée sans transformation alors que la majorité des pays forestiers concurrents a interdit une telle fuite de cette ressource brute comme la Croatie, l’Ukraine, la Roumanie ou la Chine. La récolte de chêne est majoritairement effectuée dans quatre régions qui se partagent 75 % des coupes de bois : Bourgogne-Franche-Comté (25 %), Grand-Est (23 %), Centre-Val-de-Loire (13 %), Nouvelle-Aquitaine (12 %). Ces régions représentent également 76 % du sciage. Un chêne qui met entre 150 à 200 ans à pousser est un produit multigénérationnel durable. Les principaux débouchés sont les lames de plancher, parquets et lambris. Les volumes de chêne scié destinés à ce secteur en France ont progressé de 3 % en deux ans.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1452, du 22 mars 2018, en page 2.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Pour une agriculture durable, des agriculteurs qui vivent décemment de leur métier, des Français qui mangent de la qualité et au juste prix, je suis dès aujourd’hui au travail.

a déclaré sur Twitter, quelques minutes après l’annonce de sa nomination Didier Guillaume, nouveau ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui