Le Réveil Lozère 05 juin 2019 à 10h00 | Par Sophie Chatenet

La filière bois Massif central : un potentiel à exploiter

Le comité de Massif central veille au bois, au regard de l’importance de cette filière sur ce vaste territoire. Création d’un groupe de travail dédié au sein du comité, certification des bois locaux, bâtiments publics exemplaires, autant d’objectifs et de perspectives désormais à portée de main.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La scierie Montmartin à La Talaudière, dans la Loire, a été la première entreprise certifiée Bois des Territoires du Massif central™.
La scierie Montmartin à La Talaudière, dans la Loire, a été la première entreprise certifiée Bois des Territoires du Massif central™. - © SC

Avec 2,8 millions d’hectares de forêt, 9 % des emplois nationaux de la filière concentrés sur le massif et près d’un établissement de transformation par canton, la filière forêt-bois est omniprésente dans le Massif central, tant par l’occupation du sol, par la diversité des essences que par l’activité économique générée. Pour mieux valoriser ce potentiel économique, écologique et social lié au bois, le comité de Massif central, a souhaité créer un groupe de travail Bois et forêt, au sein du comité de massif, rattaché à la commission spécialisée « Développement des produits de montagne ».

Suite de l'article à lire dans le dossier bois du Réveil Lozère n°1513, du 6 juin 2019, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

J’invite tous ceux qui donnent des leçons à regarder ce que les professionnels du monde agricole ont fait en vingt ans par rapport à bon nombre d’autres professions

souligne Emmanuel Macron en réponse à l’« agribashing » dénoncé par la profession agricole et en assurant que « ce que l’on a vu ces derniers mois est inacceptable ».