Le Réveil Lozère 21 mars 2018 à 09h00 | Par RO

La FFA veut passer à 30 % des surfaces agricoles assurées en 2022

Dans son bilan de l’année 2017, la fédération française de l’assurance (FFA) fait le constat d’une profession agricole toujours insuffisamment couverte, particulièrement à l’heure de l’accentuation des aléas climatiques. 2018 devrait être également marquée par une réforme du régime de catastrophe naturelle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

C’est un constat général pour les assurances, qui ne concerne pas seulement le monde agricole. Ces dernières années auront vu une accentuation des sinistres climatiques qui ont conduit à renforcer la part du climat dans les indemnisations versées en assurance dommage. En 2017, les dommages climatiques ont ainsi représenté plus de trois milliards d’euros, soit une augmentation de près de 13 % par rapport à 2016, qui s’explique notamment par les dommages causés par l’ouragan Irma. « Mais Irma n’est que l’extrême d’un phénomène plus général », a rappelé Bernard Spitz, le président de la fédération française de l’assurance (FFA), prenant en exemple les inondations de fin janvier ou les fortes gelées de la fin février dans le sud de la France. « Et parmi les populations exposées, il en est une qui est plus exposée que les autres, ce sont les agriculteurs, a rappelé Bernard Spitz. Pour eux, 2017 a de nouveau été une année difficile ». Gel de printemps en avril qui a particulièrement touché les vignobles du sud et du Bordelais, conjugué à de fortes sécheresses dans le sud et l’ouest de la France durant l’été, les indemnisations pour des dommages aux biens agricoles ont représenté près de 300 millions d’euros en 2017. Un chiffre qui reste inférieur aux 700 millions déboursés en 2016, année exceptionnelle pour les agriculteurs en raison des inondations du bassin de la Seine et de la Loire.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1452, du 22 mars 2018, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Nous craignons un risque d’affaiblissement du titre I et d’alourdissement du titre II et un report dans la mise en œuvre de la loi Égalim, qui ne serait pas opérationnelle pour les prochaines négociations commerciales.

indique Jérémy Decerle, président des JA.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui