Le Réveil Lozère 17 janvier 2018 à 08h00 | Par Karen Maruel

La fête de la Saint-Cochon

À Besse et dans toute l’Auvergne, on tuait le cochon à la mi-janvier. La Saint-Cochon perpétue cette tradition version extra-large dans les rues de la cité médiévale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le cochon est préparé, lavé et découpé devant les milliers de visiteurs de la cité de Besse.
Le cochon est préparé, lavé et découpé devant les milliers de visiteurs de la cité de Besse. - © Mairie de Besse

La Saint-Cochon, c’est l’Art du Lard. Pour la 25e année, les Bessards vont se retrouver le 20 janvier autour du cochon. « Les villageois aiment faire la fête autour d’un casse-croûte, ça fait un peu village gaulois. C’est aussi la preuve du dynamisme du village et l’occasion de le faire découvrir », explique Stéphane Boutanquoi, responsable de l’animation de la commune. Ne vous étonnez pas de voir des Bessards ou des visiteurs déguisés en cochon ! Même les vitrines des magasins ou les gâteaux dans les boulangeries se parent de rose.

Planifier, préparer, dresser…
Prestige oblige, des réunions sont organisées toute l’année pour préparer cet événement, dont les bénéfices permettent de faire vivre l’association de la Saint-Cochon. La mise en place commence dès le mercredi précédant la fête, les derniers détails doivent être réglés le vendredi pour que tout se déroule sans encombre. Les services techniques de la commune préparent la salle, orchestrant tables, chaises et fours en optimisant l’espace. Le dressage des tables est assuré par des bénévoles, grâce aux couverts loués à une entreprise clermontoise. Et pour les partisans des cochonnailles, il est déjà trop tard pour réserver sa place, il faut s’y prendre un an à l’avance ! Les réservations s’effectuent à l’office de tourisme au tarif de 35 euros. Stéphane Boutanquoi a ensuite la lourde tâche de réaliser le plan de table, en tenant compte des affinités de chacun. « C’est dur de satisfaire tout le monde ! » sourit-il.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1443, du 18 janvier 2018, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui