Le Réveil Lozère 07 novembre 2018 à 09h00 | Par LE REVEIL LOZERE

La ferme des petits veaux

Depuis quelques semaines, les petits veaux (âgés de moins de vingt jours) ne partent plus des exploitations. Les exportateurs exigent de plus en plus d’analyses sanitaires (FCO), pour pouvoir exporter.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Réveil Lozère

Cependant, ces analyses sont à la charge des négociants de bestiaux qui nous achètent les animaux. De plus, les résultats mettent parfois beaucoup de temps à arriver. En conséquence, les veaux restent en quarantaine chez les négociants durant plus d’une semaine engendrant une perte de 30 à 50 euros par animal. « Encore une fois, les éleveurs subissent une double peine : les lois de l’exportation et une perte de revenu.
N’est-ce pas voulu par nos autorités ? Va-t-on vers une nouvelle crise sanitaire ? », dénonce Sébastien Durand, président de la section laitière de la FDSEA.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Le gouvernement et sa majorité sèment une confusion inédite dans l’esprit des éleveurs et des citoyens.

estime la FNB dans un communiqué de presse du 15 juillet, soit deux jours avant l’examen par les députés du projet de loi de ratification de l’accord de libre-échange UE-Canada (Ceta).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui