La Haute-Loire Paysanne 16 octobre 2019 à 14h00 | Par Sophie Chatenet

La dialectique à l’épreuve du malaise paysan

Retour sur le Sommet de l'Élevage. Non résolument, le Chef de l’Etat ne pouvait pas passer, vendredi dernier, à Clermont-Ferrand, sans venir au Sommet de l’Elevage. Sa visite s’est muée en procession.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les échanges ont été parfois vigoureux avec les représentants professionnels, ici avec Yannick Fialip (Haute-Loire) et Thierry Jamot (Creuse).
Les échanges ont été parfois vigoureux avec les représentants professionnels, ici avec Yannick Fialip (Haute-Loire) et Thierry Jamot (Creuse). - © S. Chatenet

Viendra, viendra pas… Il aura fallu attendre, jeudi tard dans la soirée, pour avoir la confirmation de la venue d’Emmanuel Macron au Sommet de l’Élevage, le lendemain dès potron-minet. Depuis des semaines, on savait que le Chef de l’État était annoncé à Clermont-Ferrand, le 4 octobre, dans le cadre de la célébration du centenaire du journal La Montagne par le groupe Centre-France, mais sans avoir de certitude sur sa venue au Sommet.
Vendredi, dès l’aube, l’impressionnant déploiement de   [...]

 

» Lire la suite sur le site La Haute-Loire Paysanne

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

L’agriculture vit une crise et des difficultés importantes, avec une moisson qui s’annonce compliquée, une sécheresse, des difficultés liées aux ravageurs, des attentes très fortes de la société et une restructuration économique. Il faut accompagner les agriculteurs dans ces transitions

Dit le président de l’Apca (chambres d’agriculture), Sébastien Windsor, qui souhaite un ministre « à l’écoute ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui