Le Réveil Lozère 29 mai 2019 à 08h00 | Par Camille Peyrache

La chimie cherche les molécules de demain dans les déchets agricoles et forestiers

Lyon accueillait en mai pour la première fois le Sommet européen de la chimie du végétal. L’occasion de souligner le poids des produits chimiques à base de matières premières biosourcées, dont l’agriculture et la forêt sont d’importants pourvoyeurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La région Auvergne-Rhône-Alpes est l’un des pôles majeurs de la chimie du végétal en France avec des acteurs académiques tels que l’Institut de chimie de Lyon et de Grenoble ou des entreprises comme Michelin, Greentech ou Solvay, qui développent les molécules de demain pour remplacer les énergies fossiles.
La région Auvergne-Rhône-Alpes est l’un des pôles majeurs de la chimie du végétal en France avec des acteurs académiques tels que l’Institut de chimie de Lyon et de Grenoble ou des entreprises comme Michelin, Greentech ou Solvay, qui développent les molécules de demain pour remplacer les énergies fossiles. - © DR

Substituer à la pétrochimie des matières d’origine végétale, telle est l’ambition de la chimie du végétal. À Lyon, le Sommet européen de la chimie du végétal qui se tenait du 22 au 24 mai est un salon professionnel dédié à l’industrie associant des chercheurs et des personnalités du secteur. « C’est un carrefour de la filière pour accélérer la circulation des innovations et des projets du secteur, explique François Monnet, également directeur des affaires publiques de la recherche corporate au sein de l’entreprise Solvay. Si la région Auvergne-Rhône-Alpes accueille cette 5e édition du Sommet, c’est qu’elle est la première région industrielle française en production chimique, la 2e en R&D, la 5e région européenne pour les dépôts de brevets en chimie-matériaux. »
La chimie du végétal propose ainsi des polymères, des tensioactifs, des bitumes, des cosmétiques, des solvants, des peintures ou des détergentes, tous issus de matériaux biosourcés et renouvelables tels le bois, la cellulose, l’huile ou des déchets de transformation de ces produits comme la liqueur noire issue de la fabrication de pâte à papier ou les résidus des betteraves sucrières après leur raffinage. Elle permet en utilisant des ressources végétales de réduire les émissions de carbone issues d’énergies fossiles classiquement utilisées en pétrochimie.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1512, du 30 mai 2019, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui