Le Réveil Lozère 15 novembre 2017 à 08h00 | Par Aurélie Pasquelin

La châtaigne dans tous ses états

Installé à Génholac, dans le Gard et géré par des Lozériens, Verfeuille en Cévennes transforme les châtaignes des Cévennes en confiture et crème de marrons.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Denis Pit, l’un des quatre fondateurs de Verfeuille en Cévennes, partage son temps entre Génholac et son exploitation située à Saint-Andéol-de-Clerguemort, sur la commune de Ventalon-en-Cévennes. (© Aurélie Pasquelin) Une fois arrivées sur le site, les châtaignes passent dans ce four. Selon le principe du choc thermique, il permet aux fruits d’être épluchés. Les châtaignes passent dans les cylindres situés autour des chalum © Aurélie Pasquelin Une fois épluchées, les châtaignes sont lavées et triées. Elles sont ensuite cuites, pressées et mélangées au sucre dans cette cuve pour faire la confiture de châtaigne. Le système brasse © Aurélie Pasquelin  © Aurélie Pasquelin

Tout commence en 1990. Quatre agriculteurs lozériens décident alors de se lancer dans la transformation de châtaigne. Vingt-sept ans plus tard, le pari est réussi pour Alain Brasseur, Jean-Pierre Benoît, Daniel Matthieu et Denis Pit. Leur entreprise : Verfeuille en Cévennes tourne à plein régime. « La première année, nous avons commencé par transformer nos propres châtaignes, se souvient Denis Pit. Nous n’avions qu’un four et une marmite à double fond. Nous étions obligés d’éplucher les châtaignes en famille. » Un temps révolu puisque aujourd’hui, l’entreprise s’est dotée d’une chaîne de production en partie mécanisée. « Quand les châtaignes arrivent à Génholac, elles passent dans un four à très haute température pendant quelques secondes », explique l’agriculteur. La chaleur détruit alors l’amidon qui lie les peaux. » Un système de choc thermique qui permet aux châtaignes d’être épluchées sans mal avant d’être triées et cuisinées immédiatement ou plus tard. « Pour certains produits, comme les marrons entiers, nous sommes obligés de les préparer tout de suite, continue Denis Pit. Ils sont alors placés dans des bocaux et stérilisés. Pour d’autres produits, comme la confiture de châtaigne, nous pouvons nous permettre de congeler une partie de la production pour les cuisiner plus tard et ainsi pouvoir produire toute l’année. » En pleine progression, Verfeuille en Cévennes s’est même doté d’un site réservé à la congélation situé un peu plus loin à Taillades, dans le Gard. « Nous avions besoin d’agrandir le site pour pouvoir congeler sans soucis, détaille Denis Pit. Comme nous ne pouvions pas nous agrandir à Génholac, nous avons trouvé ce site. »

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le numéro 1434 du 16 novembre 2017 en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui