Le Réveil Lozère 23 novembre 2017 à 08h00 | Par FDC48

La chasse à l’arc : une pratique authentique à la portée de tous

Aujourd’hui la chasse à l’arc est une évidence dans le paysage cynégétique français, en ce sens que tout chasseur sait qu’elle existe et observe son ancrage petit à petit dans nos territoires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FDC48

Pour autant elle reste encore l’affaire de seulement quelques milliers de chasseurs dont une petite centaine en Lozère. Si certains inscrivent dans la durée leur engagement pour la chasse à l’arc, d’autres la pratiquent de manière épisodique ou le temps de quelques saisons, le temps sans doute de savoir si elle leur correspond et de vérifier s’ils sont prêts à consentir les efforts nécessaires à la patience et à l’entraînement régulier au tir.
La chasse à l’arc, c’est également une forme d’état d’esprit : chasser léger et viser l’efficacité. C’est une pratique authentique mais aussi une sorte de liberté de ton, combinant impertinence (par rapport à notre époque) et plaisir. C’est un mode chasse qui exige une connaissance fine du territoire et de la raison car les flèches possèdent un domaine d’emploi limité (que ce soit en énergie ou en vitesse) et ne peuvent être décochées qu’à une distance limitée (généralement moins de 25 m). Tout l’enjeu est en fait de rentrer dans la zone d’intimité de l’animal sauvage. Pour résumer tout ceci en peu de mots : « toujours plus près »…

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1435, du 23 novembre 2017, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.