Le Réveil Lozère 23 novembre 2017 à 08h00 | Par ED

La charte est signée… en attendant la loi

La charte « d’engagement pour une relance de la création de valeur et pour son équitable répartition au sein des filières agroalimentaires françaises » a été signée par l’ensemble des acteurs des filières agricoles, excepté les consommateurs, le 14 novembre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les signataires de la « charte d’engagement pour une relance de la création de valeur et pour son équitable répartition au sein des filières agroalimentaires françaises », le 14 novembre.
Les signataires de la « charte d’engagement pour une relance de la création de valeur et pour son équitable répartition au sein des filières agroalimentaires françaises », le 14 novembre. - © Actuagri

Elles étaient toutes à les observer, ces 18 hommes et femmes qui, un par un, sont allés signer la « charte d’engagement pour une relance de la création de valeur et pour son équitable répartition au sein des filières agroalimentaires françaises » en ce 14 novembre. Un peu figées mais souriantes, opulentes et brillamment peintes sur les murs de la salle du ministère, les allégories de l’agriculture, du commerce et de l’industrie furent même interpellées par Stéphane Travert dans son discours d’ouverture. Tout un symbole. Tous, producteurs, industriels et distributeurs, ont d’ailleurs évoqué le « moment historique » de cette signature. « Nous en sommes ravis », s’est exclamée Christine Barthe, déléguée générale de la Fédération des entrepreneurs fournisseurs de la distribution (Feef). Christine Barthe et Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, sont les deux seules femmes à avoir apposé leur griffe au bas de la charte, à côté des 16 signataires masculins, y compris le PDG du groupe Leclerc. Les représentants de l’ensemble des enseignes de la distribution ont signé, tout comme ceux de l’ensemble des syndicats agricoles, ainsi que les représentants des chambres d’agriculture et de Coop de France.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1435, du 23 novembre 2017, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui