Le Réveil Lozère 07 août 2018 à 15h00 | Par Nancy Sagnet

La brumisation, un confort pour l’animal et l’éleveur

Pour le confort des animaux et de l’éleveur, le Gaec Pic basé à Saint-Amans, utilise un brumisateur. Il envoie un brouillard d’eau dans la salle de traite et dans l’aire d’attente des vaches laitières.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ici utilisé en salle de traite, le système est aussi adaptable aux tables d’alimentation et aux stabulations.
Ici utilisé en salle de traite, le système est aussi adaptable aux tables d’alimentation et aux stabulations. - © Nancy Sagnet

Lors des fortes chaleurs estivales, la présence de mouches rend les vaches plus nerveuses en salle de traite, elles tapent et décrochent les griffes. Ces comportements engendrent donc une perte de temps et des risques supplémentaires pour le trayeur. La quantité de mouches présentes dans les salles de traite découle de l’ambiance thermique. Il importe donc de la maîtriser. « Auparavant, les vaches bougeaient beaucoup lors de la traite. Elles remuaient les pattes et la queue pour chasser les mouches. La traite était devenue une corvée, nous ne travaillions pas en sécurité et le comportement nerveux des vaches entraînait un inconfort durant la traite ainsi qu’un manque d’hygiène dû au débranchage des griffes », commente Christian Pic, l’un des trois associés du Gaec. Pour améliorer le confort des animaux ainsi que leurs conditions de travail, le Gaec Pic, détenant un troupeau de 65 vaches laitières et installé sur la commune de Saint-Amans s’est équipé d’un brumisateur en partie haute de la salle de traite, ainsi que partiellement dans l’aire d’attente depuis trois ans maintenant.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1472, du 9 août 2018, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.