Le Réveil Lozère 14 février 2018 à 09h00 | Par FXS

La balle dans le camp sud-américain

Si des progrès sont enregistrés dans certains domaines, les négociations de libre-échange entre l’UE et le Mercosur se heurtent encore à une série d’obstacles, notamment l’ouverture du marché du bloc sud-américain aux produits laitiers et au secteur automobile européens.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © François d’Alteroche

Produits laitiers, indications géographiques, secteur automobile, services maritimes, marchés publics : tels sont les cinq principaux intérêts offensifs de l’UE dans les négociations de libre-échange avec le Mercosur, selon le directeur général de la DG commerce de la Commission européenne, Jean-Luc Demarty, qui intervenait le 2 février devant les experts des Vingt-huit, alors que ces pourparlers s’étaient tenus au niveau politique dans la journée à Bruxelles et se sont poursuivis du 5 au 8 février au niveau technique. Ils devraient, selon un calendrier à confirmer, reprendre le 19 février à Asuncion (Paraguay). Ou une semaine plus tard si les quatre pays du bloc sud-américain demandent un peu plus de temps pour se concerter sur leur offre d’accès au marché.

Les produits laitiers, un sérieux problème pour l’Uruguay
L’ouverture des marchés du bloc sud-américain aux produits laitiers européens réclamée par l’UE, se heurte ainsi à des fortes réticences du côté de l’Uruguay. « L’introduction voulue par l’UE des produits laitiers dans l’offre du Mercosur est très difficile à soutenir, aucun quota de viande ne peut compenser l’accès pour ces produits car c’est une question absolument sensible pour notre pays », avertissait déjà, le 31 janvier, le ministre uruguayen des affaires étrangères, Rodolfo Nin Novoa, alors que, dans son pays, les agriculteurs protestent contre la politique gouvernementale.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1447, du 15 février 2018, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Nous ne pouvons imposer aux pays tiers les conditions d’exportation de nos produits.

s’est exclamé Stéphane Travers, le 7 février au congrès de la Fédération nationale bovine.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui