Le Réveil Lozère 14 mars 2018 à 09h00 | Par FXS

L’UE et le Mercosur poursuivent leurs négociations tant bien que mal

Les négociations qui se tenaient du 21 février au 2 mars à Asuncion (Paraguay) n’ont pas permis d’arriver à un compromis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

La dernière série de négociations sur le volet commercial de l’accord d’association entre l’UE et le Mercosur, du 21 février au 2 mars à Asuncion, n’a pas permis de parvenir à un compromis du fait, surtout, de divergences persistantes sur les concessions réclamées par les Européens pour l’accès de leurs automobiles et produits laitiers au marché sud-américain ainsi que sur la protection des indications géographiques et les marchés publics. Les deux parties poursuivent leurs échanges, par vidéo-conférences notamment.

La question de la viande bovine est « résolue », moyennant quelques clarifications nécessaires sur « la viande congelée », a assuré le 2 mars le ministre paraguayen des affaires étrangères, Eladio Loizaga, qui assure la présidence tournante du Mercosur, dont les quatre pays membres (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay) ont parfois du mal à présenter un front commun.

« Nous nous donnons deux semaines pour continuer et arriver, je l’espère, à un accord équilibré pour les deux parties », a également déclaré le chef de la diplomatie paraguayenne. La fenêtre de tir se réduit pour trouver un compromis avant le début, ce mois-ci, de la campagne pour l’élection présidentielle prévue le 7 octobre au Brésil et les élections générales fin avril au Paraguay. Et, si tel n’est pas le cas, les négociations pourraient être reportées à la fin de 2019, après les élections européennes et la nomination d’une nouvelle Commission européenne.

Suite de l'article à lire dans Réveil Lozère n°1451, du 15 mars 2018, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.