Le Réveil Lozère 24 décembre 2018 à 17h00 | Par Nancy Sagnet

L’insémination, un critère de rentabilité

Mardi dernier, le syndicat lozérien limousin tenait son assemblée générale à Barjac. Une journée ponctuée par le renouvellement du bureau, un point sur le marché au cadran, un projet de création de GIE limousin et enfin la traditionnelle visite d’exploitation pour clore la journée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’après-midi les membres du syndicat ont visité le Gaec des Balachs à Gabrias.
L’après-midi les membres du syndicat ont visité le Gaec des Balachs à Gabrias. - © Nancy Sagnet

Comme à l’accoutumée, le syndicat limousin lozérien s’est réuni en assemblée générale. Cette année elle se déroulait mardi 18 décembre à Barjac. Après avoir approuvé les comptes et renouvelé le bureau actuel, Sébastien Mari, conseiller filières territorialisées a profité de l’occasion pour intervenir sur les avancées du marché au cadran, ainsi que son fonctionnement. En effet, au sein du conseil d’administration de l’association « un cadran pour tous », le syndicat limousin lozérien est représenté par Jacques Pradeilles. Les éleveurs ont donc pu échanger sur ce projet émergent. Engouement et interrogations étaient aux rendez-vous. Par ailleurs, si d’autres races disposent de structure en charge de la commercialisation, la race limousine en est dépourvue. Un constat partagé par les éleveurs du syndicat de race lozérien mais également par d’autres départements du Massif central, qui se situent hors berceau de la race. Partant de là, les différents acteurs ont la volonté de créer une structure « pour fédérer les éleveurs limousins du Massif central et promouvoir la Limousine de ce massif, explique Antoine Verlaguet, président du syndicat limousin lozérien. Cette assemblée était l’occasion d’aborder ce projet et de sonder les diverses attentes de nos adhérents ». Après avoir débattu sur la création de cette structure, Jean-Marc Couzy a présenté les nouveaux taureaux d’insémination. En lien avec cette thématique, l’après-midi, les éleveurs ont été invités à une visite d’exploitation au Gaec des Balachs, au Crouzet sur la commune de Gabrias.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1490, du 27 décembre, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui