Le Réveil Lozère 06 décembre 2016 à 08h00 | Par Interbev Languedoc-Roussillon

L’importance du bordereau de vente

Afin de réguler le commerce d’animaux vifs ou de viande, l’ensemble de la filière viande française est soumis à des accords interprofessionnels. Souvent méconnus, ils clarifient pourtant certaines situations en indiquant quels sont les droits et les devoirs de chacun.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Stéphane Leitenberger

Selon l’accord interprofessionnel relatif à l’achat et l’enlèvement des bovins de plus de huit mois, le bordereau de vente constitue un élément capital lors d’une transaction commerciale, puisqu’il pourra permettre en cas de litige de faire valoir leurs droits aux différentes parties. Si le cas se présente, il faut savoir qu’il appartient au vendeur de prouver l’erreur ou la faute de l’acheteur. Cela signifie que sur un litige concernant le prix payé d’un ou plusieurs animaux, il incombera au vendeur (l’éleveur généralement) de démontrer que son acheteur (un marchand de bestiaux par exemple) ne s’est pas acquitté de la somme convenue. Dans les faits, l’acheteur devra fournir un document attestant le prix convenu pour la marchandise en question : le bordereau de vente. Pour que celui-ci soit valable, il faut qu’il soit rédigé et signé en deux exemplaires. Pour plus d’informations, Interbev Languedoc-Roussillon est à votre disposition par téléphone au 06 19 50 13 69 ou par mail à interbev.lr@gmail.com.

La suite dans le Réveil Lozère, page 6, édition du 8 décembre 2016, numéro 1387.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Le loup n’est plus une espèce en voie de disparition. Nous faisons du lobbying à Bruxelles avec la Finlande pour le sortir de la liste des espèces en voie de disparition.

a affirmé Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture devant le congrès des Jeunes agriculteurs, le 6 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui