La Creuse Agricole 17 avril 2019 à 08h00 | Par A.M.

L’importance de se baser sur les données observées

Si le secteur agricole, l’un des premiers à subir de front le changement climatique, réfléchit aux adaptations nécessaires pour préparer l’avenir, les données observées sur le terrain diffèrent de celles utilisées dans les modèles de projection qui servent pourtant de base de travail. Or, ces divergences peuvent avoir des conséquences très importantes dans les choix à effectuer pour adapter les systèmes d’exploitation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Vincent Cailliez, climatologue responsable du projet AP3C.
Vincent Cailliez, climatologue responsable du projet AP3C. - © DC

Entre les modèles de projection utilisés pour anticiper les conséquences du changement climatique, et les observations sur le terrain, de grosses divergences existent, a expliqué Vincent Cailliez, climatologue, à l’occasion de l’assemblée générale de la Fédération nationale des groupes de développement agricoles (FNGeda) le 4 avril. L’expert, qui a travaillé pour Météo France pendant plusieurs années, est désormais responsable du projet AP3C, un projet de   [...]

 

» Lire la suite sur le site La Creuse Agricole

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui