Le Réveil Lozère 28 août 2019 à 11h00 | Par Rolland Saint-Thomas

L’homologation des remorques : un vrai parcours du combattant

L’homologation des engins agricoles tractés peut se révéler à ce point complexe que les constructeurs délèguent souvent la partie administrative du dossier à des prestataires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Attention à respecter les vitesses de circulation pour lesquelles les remorques et les tracteurs ont été homologués.
Attention à respecter les vitesses de circulation pour lesquelles les remorques et les tracteurs ont été homologués. - © DR

La certification de conformité des matériels agricoles roulants n’échappe pas la complexité et aux règles franco-françaises d’une administration quelques fois tatillonne. À tel point que les constructeurs font appel, la plupart du temps, à des prestataires de services rodés à chasser le « diable » qui se cache dans la réglementation. Même les plus grands constructeurs s’appuient sur les compétences de ces techniciens du détail. Jérôme Coulouvrat du cabinet indépendant de « A à Z Homologation », installé à Torchefelon dans l’Isère, est de ceux-là. Il travaille à l’homologation française, voire européenne des matériels de grands constructeurs tels que Horsch, Supertino, Triolet, Siloking, Caffini.

Le portage des dossiers de certification
Depuis le 1er janvier 2013, tous les matériels agricoles traînés de plus de 1,5 t doivent être immatriculés et titulaires d’une carte grise. Cela a généré une montagne de dossiers à déposer auprès de la Dreal (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement), un organisme qui a fusionné avec l’ancienne Drire, qui elle-même englobait l’ancien service des mines qui réceptionnait les véhicules neufs et qui assurait également le contrôle périodique des poids lourds.
Le travail du bureau A à Z Homologation consiste à monter un dossier par matériel et le déposer dans le service de cette administration. Il s’agit d’abord de définir le type du véhicule, remorque, presse, pulvérisateur… et de voir si le matériel rentre dans les critères d’homologation. Pour cela, Jérôme Coulouvrat se déplace chez le constructeur et rempli les cases du dossier, point par point : Ptac, largeur, longueur, freinage, éclairage… Il connaît parfaitement les règles d’homologation par type de véhicule et demandera des modifications au constructeur si nécessaire avant de porter le dossier à la Dreal. C’est seulement une fois certifié que la production en série du matériel pourra être lancée.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1523, du 29 août 2019, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Nous faisons confiance aux scientifiques qui ont dit que la préconisation, c’était cinq à dix mètres selon les cultures.

a déclaré Christiane Lambert, le 9 septembre, lors d’une conférence de presse à Romillé (Ille-et-Vilaine).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui