Le Réveil Lozère 23 décembre 2019 à 15h00 | Par Christian Fournier

L’épigénétique : une marge de progrès pour les éleveurs

Temps fort de l’assemblée générale conjointe d’Optilait et de Cantal conseil élevage, c’est d’épigénétique dont il était question le 12 décembre à la salle des fêtes de Coren (15).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Yann Martinot a détaillé les débuts prometteurs de l’épigénétique.
Yann Martinot a détaillé les débuts prometteurs de l’épigénétique. - © CF

À l’issue de la partie statutaire des deux assemblées générales de Cantal conseil élevage et d’Optilait, Yann Martinot, directeur technique d’Elvup, Orne Conseil élevage, a exposé ce qu’il a appelé « une véritable révolution » : l’épigénétique, soit littéralement « épi » : au-dessus donc de la génétique. Une épigénétique ni plus ni moins que « le chef d’orchestre de la génétique », applicable aux hommes, mais aussi, a fortiori, aux animaux et donc aux vaches, qui était tout l’enjeu de cet exposé fait aux éleveurs. L’épigénétique est en fait « une somme de mécanismes assez complexes dans la construction biologique des êtres vivants. Les animaux sont livrés en kit et c’est “moi” qui construis leur potentiel », image le conférencier. Animaux « dont le chemin de vie débute avant la fécondation ». À ce stade, les gamètes mâles et femelles ont déjà une signature épigénétique.

Une Ferrari moteur Solex
Deux jumelles qui ont le même potentiel et à qui l’on distribue la même ration vont pour l’une, produire 8 000 kg, pour l’autre 12 000 : « C’est l’épigénétique qui explique ceci par des chemins de vie différents. Faire du lait n’est pas que question de concentré. Faire du lait, c’est croiser un moteur (mamelle) et du carburant (ration). Et si l’on veut des animaux performants, c’est avant tout sur le « moteur » qu’il faut agir, car, en fonction de leur chemin de vie, on peut arriver à un moteur bridé, telle une Ferrari équipée d’un moteur de Solex. Lors d’une mammite, les bactéries laissent, par exemple, une trace épigénétique indélébile… »

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1540, du 26 décembre 2019, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

L’agriculture vit une crise et des difficultés importantes, avec une moisson qui s’annonce compliquée, une sécheresse, des difficultés liées aux ravageurs, des attentes très fortes de la société et une restructuration économique. Il faut accompagner les agriculteurs dans ces transitions

Dit le président de l’Apca (chambres d’agriculture), Sébastien Windsor, qui souhaite un ministre « à l’écoute ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui