Le Réveil Lozère 20 juin 2018 à 11h00 | Par Aurélie Pasquelin

L’entourloupe, une pièce pour parler du loup

La MSA organisait vendredi 15 juin, une représentation de la pièce de théâtre L’entouloupe. Un moment privilégié qui a permi aux personnes présentes de s’exprimer sur la prédation et plus particulièrement le loup.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En abordant le thème du loup par le biais des contes, le troupe En compagnie des Oliviers apporte une touche d’humour sur le sujet.
En abordant le thème du loup par le biais des contes, le troupe En compagnie des Oliviers apporte une touche d’humour sur le sujet. - © Aurélie Pasquelin

Lumière tamisée, un acteur assis lit à l’assistance La chèvre de Monsieur Seguin. C’est ainsi que commence L’entourloupe, pièce sur le loup, mis en scène par la troupe En compagnie des Oliviers. Vendredi dernier, la MSA avait invité la troupe a jouer sa pièce dans la salle Urbain V de Mende. Un moment particulier pendant lequel les acteurs ont abordé plusieurs points relatifs au loup. De la chèvre de Monsieur Seguin en passant par le petit chaperon rouge ou encore les trois petits cochons, les acteurs ont pris le parti d’utiliser les contes pour apporter au spectacle des touches d’humour. Une pièce pensée sur la base d’un procès : celui du loup. Et pour intervenir comme témoins lors du procès, les acteurs avaient au préalablement filmés des éleveurs, des syndicalistes et des spécialistes de l’environnement.
« Cette pièce nous avait été commandée il y a maintenant deux ans par Chirsophe Castaner alors député en charge du dossier loup, explique Jean-Pierre George, auteur et metteur en scène de la compagnie. Nous avons alors décidé de faire intervenir les personnes concernées par le biais de la vidéo. Nous les avons rencontrés et passé du temps avec eux. Je dois avouer qu’au début, j’étais plutôt pour le loup et puis, en rencontrant les éleveurs j’ai revu ma position. J’ai vu beaucoup de souffrance et d’inquiétude mais à l’inverse les propos d’association pour la protection du loup sont aussi intéressants et aujourd’hui, en connaissant mieux le dossier, j’ai du mal à me faire un avis sur la question tant elle est compliquée. »

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1465, du 21 juin 2018, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui