Le Réveil Lozère 30 octobre 2019 à 09h00 | Par Hugues CHAUVEAU, Anthony UIJTTEWAAL Arvalis – Institut du végétal

L’ensilage brins longs au banc d’essai

Né aux États-Unis, l’ensilage de maïs dit « brins longs » est une technique de récolte visant à obtenir une coupe longue des brins de maïs et un éclatement intense des grains.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Arvalis

Majoritairement connue sous le nom de Shredlage, l’ensilage de maïs dit « brins longs » est développée par plusieurs constructeurs d’ensileuses avec des configurations d’éclateurs proches (DuraShredder, XCut…). Ils présentent une configuration spécifique (rainurage en croix) et un différentiel de vitesse élevée (40 à 50 % contre 20 à 30 % pour l’ensilage « classique »).

Deux stations expérimentales
L’objectif affiché de cette technique est d’obtenir un niveau d’éclatement du grain optimal et de recouper les tiges dans le sens de la longueur. Des enjeux conséquents en termes de valorisation de la ration et de performances laitières sont affichés par les promoteurs de la technique. Par ailleurs, sur le terrain, éleveurs ou techniciens constatent des gaspillages d’amidon jugés par la présence de particules de grains dans les bouses et c’est l’insuffisance d’éclatement qui est pointée du doigt.
Pour objectiver l’impact de l’éclatement du grain et celui de la taille des brins, deux essais de huit semaines (précédées de deux semaines de transition alimentaire), ont été mis en place sur les fermes expérimentales de la SAS Ferme expérimentale des Trinottières (49) et d’Arvalis à la Jaillière (44) au cours de l’hiver 2018-2019 (projet FranceAgriMer Eclat’maïs piloté par Arvalis). Sur chaque station, le maïs fourrage a été récolté en bandes alternées selon trois modalités : E- (éclatement insuffisant, brins courts, éclateur classique), E+ (éclatement optimal, brins courts, éclateur classique) et SCH (éclatement optimal, brins longs, éclateur rainuré en croix). Ce dispositif de récolte a permis d’obtenir des maïs de composition chimique proche afin de comparer uniquement l’effet du mode de récolte.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1532, du 31 octobre 2019, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Cet accord leur apporte une meilleure protection et une meilleure valorisation sur le marché chinois. Il contribue à promouvoir le modèle de développement rural associant terroir, producteurs et consommateurs qu’incarnent les indications géographiques. Il apporte un gage supplémentaire de qualité pour les faire apprécier des consommateurs chinois et réciproquement.

indique Didier Guillaume dans un communiqué du 6 novembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui