Le Réveil Lozère 18 mars 2020 à 10h00 | Par Marion Ghibaudo

L'écobuage, pratique traditionnelle sous conditions

Comme chaque année, le brûlage est pratiqué notamment sur les pentes du mont Lozère et dans les Cévennes. En pleine période de brûlages, retour sur les conditions pour l'effectuer dans de bonnes conditions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Copage

Nouveauté 2020, le Copage a pu envoyer une unité d'instruction et d'intervention de la sécurité civile nº 7 (UIISC7) pour pratiquer certains brûlages que les agriculteurs ne se sentaient pas capables d'effectuer seuls. La surface totale brûlée via la convention avec l'U7 a été de 151 ha en 2020, principalement des landes à genets purgatifs, sur six chantiers répartis autour du Pont-de-Montvert.
Chaque année, le brûlage est régi par un arrêté préfectoral : « le brûlage est autorisé du 15 septembre au 31 mars ou jusqu'au 15 avril pour les terrains au-dessus de 1 000 mètres », rappelle Nathalie Gourabian, coordinatrice technique, en charge des dossiers animation foncière, gestion de l'espace, brûlage pastoral et expertises agri-environnementales au Copage. Ces périodes peuvent être revues ou réduites selon les conditions climatiques du moment.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1552, du 19 mars 2020, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

L’agriculture vit une crise et des difficultés importantes, avec une moisson qui s’annonce compliquée, une sécheresse, des difficultés liées aux ravageurs, des attentes très fortes de la société et une restructuration économique. Il faut accompagner les agriculteurs dans ces transitions

Dit le président de l’Apca (chambres d’agriculture), Sébastien Windsor, qui souhaite un ministre « à l’écoute ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui