Le Réveil Lozère 28 mars 2017 à 08h00 | Par Aurélie Pasquelin

L’eau, un enjeu important sur le département

À l’occasion de la journée mondiale de l’eau, mercredi 22 mars, la chambre d’agriculture et le Copage organisaient une journée technique au lac du Moulinet.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’après-midi, l’école forestière de Javols est venue faire une démonstration de travaux d’entretien ripisylve.
L’après-midi, l’école forestière de Javols est venue faire une démonstration de travaux d’entretien ripisylve. - © Copage

« Eau et agriculture », tel était le thème de la journée organisée au lac du Moulinet par la chambre d’agriculture de Lozère et le Copage. Au programme : démonstration de matériel et tables rondes organisés en partenariat avec les lycées du département fortement impliqués dans l’événement. « Nous ne sommes pas là pour parler particulièrement de réglementation mais plutôt de donner des outils techniques afin d’allier au mieux agriculture et écologie », explique Isabelle Vieilledent, agricultrice et membre du Copage. Au c½ur de cette journée « outils », bien sûr, la problématique de l’eau sur le département : « il faut arriver à adapter la gestion de cette ressource suivant les particularités des territoires de la Lozère, confie Christine Valentin, présidente de la Chambre d’agriculture. Sur l’Aubrac, il faut entretenir les cours d’eau. Sur le Causse, il faut arriver à conserver l’eau pour préparer l’été. Sur la Margeride, il faut améliorer le trajet et gérer au mieux les cours d’eau. Tout cela en comptant sur les épisodes cévenols qui doivent pouvoir apporter un plus au département en arrivant à retenir cette eau. »

« Le premier des environnementalistes c’est l’agriculteur »
Autour de cette problématique de la gestion de l’eau sur le département, institutions, agriculteurs et écologistes s’étaient donc réunis autour d’une volonté de travail commun. « Il faut rappeler que le premier des environnementalistes c’est l’agriculteur, note Gilles Paulet, président du Copage. Nous l’avons bien vu lors de l’établissement de la cartographie des cours d’eau. Pour l’instant en phase d’expertise, 80 % des remarques des agriculteurs ont été approuvées par l’administration mais le travail n’étant pas fini, nul doute que ce chiffre va encore augmenter. Pour que ce travail soit reconnu, il est important que l’agriculture soit au centre d’une journée comme celle-là afin de casser cette image de paysan pollueur que certains ont. »

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1403, du 30 mars 2017, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Le loup n’est plus une espèce en voie de disparition. Nous faisons du lobbying à Bruxelles avec la Finlande pour le sortir de la liste des espèces en voie de disparition.

a affirmé Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture devant le congrès des Jeunes agriculteurs, le 6 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui