Le Réveil Lozère 23 août 2017 à 08h00 | Par M. Varnieu, L’Union du Cantal

L’avenir de l’Aubrac se joue-t-il à l’Est ?

Cet été, 70 génisses pleines et un taureau ont pris la direction de la Lituanie. Un marché en pleine expansion, avec des éleveurs fortement intéressés par le savoir-faire français.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Soixante-dix génisses pleines et un taureau ont pris la direction de la Lituanie. Depuis une dizaine d’années, les pays de l’Est repensent leur élevage et s’inspirent des territoires de la race Aubrac.
Soixante-dix génisses pleines et un taureau ont pris la direction de la Lituanie. Depuis une dizaine d’années, les pays de l’Est repensent leur élevage et s’inspirent des territoires de la race Aubrac. - © M. Varnieu

Mardi matin, en attendant d’être chargées dans le camion du transporteur polonais, une trentaine d’Aubrac* profitent une dernière fois des pluies cantaliennes sur l’exploitation de Michel Bos à Cropières de Raulhac (Cantal). Les espaces verts du Carladès et la vie de château, c’est terminé pour elles. Direction la Lituanie. Une trentaine de leurs congénères ont déjà fait le chemin il y a environ deux semaines et après trois jours de voyage et pas loin de 3 000 km parcourus, elles les retrouveront.

Service après-vente
Ces jeunes Aubrac partent pleines, et devraient vêler juste après Noël. Pour Michel Bos, éleveur sélectionneur installé depuis 1977, vendre à l’étranger représente un « bon débouché » dans une filière « qui tourne un peu en rond » : « Beaucoup se mettent à l’Aubrac avec des veaux mâles qui se vendent 2 F de plus au kilo. Mais plus il y a de monde, moins il y a de marché… Alors, même si pour vendre il faut accepter des concessions, le marché s’ouvre et on essaye de le satisfaire. »

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1422, du 24 août 2017, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui