Le Réveil Lozère 26 septembre 2017 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

L’Auvergne se sent pousser des ailes

Pour répondre à la demande croissante, la filière avicole auvergnate a encore besoin de nouveaux bâtiments. Performance, biosécurité, bien-être animal… Éleveurs et entreprises sont mobilisés sur tous les fronts.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’assemblée générale de l’ABCA s’est déroulée à Bègues, jeudi dernier.
L’assemblée générale de l’ABCA s’est déroulée à Bègues, jeudi dernier. - © SC

L’association des éleveurs avicoles du Centre, du Berry et de l’Auvergne (ABCA) s’est réunie, jeudi dernier, en assemblée générale, à Bègues, dans l’Allier. Ce temps fort de l’association a été l’occasion de détailler une actualité dense pour la filière avicole auvergnate. De nombreux indicateurs sont en effet au vert, parmi lesquels celui des ventes de volailles produites dans la région. Pour répondre à la demande croissante des abatteurs, Force centre, acteur majeur du secteur, ambitionne de développer le parc de bâtiments avicoles. « D’ici l’an prochain, nous souhaitons disposer de structures supplémentaires : cinquante en bio, cinquante en label rouge, dix en standard, dix en canard prêts à gaver, vingt en poules pondeuses bio et dix en poules pondeuses label », détaille Éric Aubry, directeur de Force centre. La branche avicole d’Axereal travaille actuellement avec 428 éleveurs sur une surface de 373 000 m² de bâtiments d’élevage. En 2016-2017, vingt-sept nouveaux bâtiments ont été construits.

 

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1427, du 28 septembre 2017, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Au plus tard en 2022, les retraites des chefs d’exploitation à carrière complète atteindront donc 85 % du Smic, soit environ 1 025 euros par mois

Se félicitent les syndicats.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui