Le Réveil Lozère 06 juin 2018 à 11h00 | Par Valérie Godement

L’Autriche à la tête du Conseil européen

Après la Bulgarie, c’est au tour de l’Autriche d’accéder, pour un semestre, à la présidence du Conseil européen le 1er juillet prochain.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’Autriche va placer au centre de sa présidence de l’UE la question migratoire.
L’Autriche va placer au centre de sa présidence de l’UE la question migratoire. - © DR

Depuis son entrée dans l’Union européenne, le 1er janvier 1995, c’est la deuxième fois que
l’Autriche prend les rênes de l’institution, la première ayant eu lieu au premier semestre 2006. Le pays qui est une république fédérale dotée d’un régime parlementaire bicaméral a une superficie de 83 871 km² dont 60 % de zones montagneuses et compte près de 8,7 millions d’habitants. La Nationalrat (chambre basse) comprend 183 députés élus pour cinq ans au suffrage universel direct selon une formule de représentation proportionnelle. Le Bundesrat (chambre haute) compte 58 sénateurs élus par les parlements des neuf Länders. Le chancelier est nommé par le président et confirmé par le Nationalrat. Le président fédéral, élu au suffrage direct pour un mandat de six ans renouvelable une fois, a surtout des fonctions de représentation. Les dernières élections législatives anticipées du 15 octobre 2017 ont vu la victoire du parti conservateur ÖVP arrivé en tête du scrutin avec 31,5 % des voix pour sa liste conduite par le ministre des affaires étrangères, Sebastian Kurz. Le parti social-démocrate SPÖ s’est placé en deuxième position et le parti populiste de droite (FPÖ) en troisième position. Sebastian Kurz est parvenu à un accord avec le FPÖ et a été officiellement nommé chancelier chargé de former un gouvernement par le président Alexander Van der Bellen (Verts), devenant à 31 ans, le plus jeune chancelier de l’histoire du pays.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1463, du 7 juin 2018, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Pour une agriculture durable, des agriculteurs qui vivent décemment de leur métier, des Français qui mangent de la qualité et au juste prix, je suis dès aujourd’hui au travail.

a déclaré sur Twitter, quelques minutes après l’annonce de sa nomination Didier Guillaume, nouveau ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui