Le Réveil Lozère 11 décembre 2019 à 12h00 | Par Agrapresse

L’Assemblée adopte un nouvel étiquetage du miel pour 2021

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Dans le cadre de l’examen de la proposition de loi Information du consommateur (articles retoqués d’Égalim), les députés ont révisé le 3 décembre l’article concernant l’étiquetage de l’origine des miels commercialisés en France. Comme le gouvernement l’avait annoncé à la filière fin novembre, suite à l’opposition de Bruxelles sur le premier projet de décret, les étiquettes présenteront donc uniquement la liste des origines par ordre pondéral décroissant, sans mettre en avant des pays représentant plus de 20 % du mélange. Les députés ont par ailleurs adopté un amendement prévoyant l’entrée en vigueur de la loi au premier janvier 2021. Les produits non-conformes au nouveau texte pourront toutefois être « vendus ou distribués à titre gratuit jusqu’à l’épuisement des stocks », en réponse aux demandes des conditionneurs qui mettaient en avant les étiquettes déjà imprimées. Par un amendement de l’opposition, ces exigences seront également appliquées à la gelée royale. La secrétaire d’État Agnès Pannier-Runacher a rappelé lors de la séance publique que la France ne pouvait imposer les mêmes mesures aux pays voisins. « L’Italie le fait et l’Espagne le demande » a-t-elle cependant souligné, en évoquant la mobilisation des pays méditerranéens auprès de la Commission pour élargir la disposition adoptée en France au niveau européen.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Au plus tard en 2022, les retraites des chefs d’exploitation à carrière complète atteindront donc 85 % du Smic, soit environ 1 025 euros par mois

Se félicitent les syndicats.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui