Le Réveil Lozère 04 juillet 2018 à 11h00 | Par Aurélie Pasquelin

L’article premier du texte de loi issu des Etats généraux de l’alimentation adopté au Sénat

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le Sénat a commencé à examiner le projet de loi « pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable », mardi 26 juin. L’article premier du texte a été adopté mercredi, après l’examen des amendements déposés par les sénateurs et le gouvernement. L’amendement du gouvernement visant « à ne conserver la conclusion obligatoire d’un accord-cadre entre l’OP et l’acheteur préalablement à la conclusion d’un contrat écrit, entre le producteur et l’acheteur, que dans les secteurs où la contractualisation est rendue obligatoire par décret ou par accord interprofessionnel », a été adopté. Cette modification rend donc les accords-cadres contournables dans certains cas. Un alinéa a aussi été rajouté après l’alinéa 14, afin d’améliorer la transparence des prix qui doivent être « déterminés ou déterminables par une formule claire et accessible ». Cet alinéa avait été retiré lors de l’examen du texte à l’Assemblée Nationale, après avoir été introduit par la Commission des affaires économiques de l’Assemblée. Il a été adopté malgré l’avis contraire du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Stéphane Travert, ainsi que contre celui du rapporteur du texte au Sénat, Michel Raison.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui