Le Réveil Lozère 17 avril 2018 à 17h00 | Par Richard Zizert

L’ardoise de Corrèze s’exporte

Victime pendant quelques années des nouvelles tuiles et de la concurrence, l’ardoise corrézienne a su imposer ses indéniables qualités.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
S’il a un lieu à retenir, celui qui va vous couper le souffle, il se trouve à Travassac qui dispose d’un bijou visuel et d’histoire avec ses pans.
S’il a un lieu à retenir, celui qui va vous couper le souffle, il se trouve à Travassac qui dispose d’un bijou visuel et d’histoire avec ses pans. - © Richard Zizert

L’histoire des ardoises corréziennes remonte au xvie siècle. Durant ce siècle, les premières exploitations de gisements de Travassac et d’Allassac débutent. La renommée des ardoises va alors croître de façon exponentielle pour atteindre son apogée au début du xxe siècle.
À cette époque, les carrières emploient près de quatre cents ouvriers. Il s’agissait du fleuron de l’économie allassacoise. Mais la Seconde Guerre mondiale va entraîner un déclin inexorable des deux carrières. La carrière d’Allassac va en faire les frais et sera fermée en 1976.
Il aura fallu la passion d’une famille pour faire perdurer l’activité des ardoises de Corrèze. En 1989, Jean-François Bugeat reprend l’exploitation des ardoisières de Travassac à la suite de celle de son père qui l’avait dirigée depuis 1974. Partout en France, les carrières productrices d’ardoises ferment les unes après les autres. Il y a donc une forte demande d’ardoises neuves, elles se font rares. En 2006, Jean-François Bugeat va rouvrir la carrière d’Allassac qui était fermée depuis 1976. Aujourd’hui, les ardoisières de Corrèze sont l’une des seules sociétés à produire encore des ardoises.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1456, du 19 avril 2018, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Alors que la population agricole décroît, nous avons les moyens de donner envie aux jeunes générations non issues du monde agricole de nous rejoindre pour un nouveau projet de vie en s’installant en agriculture biologique.

a déclaré Guillaume Riou, à l’occasion de sa réélection à la présidence de la fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab).