Le Réveil Lozère 18 juillet 2018 à 09h00 | Par Sophie Chatenet

L’arbre et la brebis, une alliance gagnante

Le centre Inra de Laqueuille, dans le Puy-de-Dôme, a accueilli la semaine dernière une journée technique sur le projet interrégional d’agroforesterie en élevage ovin baptisé Climagrof.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une quinzaine de sites dans la région expérimentent la litière plaquette bois.
Une quinzaine de sites dans la région expérimentent la litière plaquette bois. - © SC

Démontrer les bénéfices apportés en termes économiques, environnementaux et territoriaux grâce au maintien de l’agroforesterie en élevage ovin tel est l’objectif de Climagrof, un projet soutenu dans le cadre de la convention interrégionale du Massif central. Au-delà de la démonstration, il s’agit d’isoler à travers l’étude de cas pratique, des outils et un référentiel pour faire de la valorisation du bois, une pratique de plus en plus répandue dans les élevages. Dix partenaires des régions Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes* sont investis dans le projet qui a démarré en janvier 2017. Pour rendre compte des pratiques existantes, les partenaires se sont retrouvés, le 5 juillet, sur à l’Inra de Laqueuille dans le Puy-de-Dôme. L’occasion pour eux de découvrir l’un des essais de litière sur bois menés dans la région. Les expérimentations sur le bois litière constituent en effet un des axes forts du dispositif.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1469, du 19 juillet 2018, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.