Le Réveil Lozère 13 mars 2019 à 10h00 | Par Aurélie Pasquelin

L’APL Rodez sur tous les fronts

L’association de producteurs de lait Lactalis Rodez tenait, lundi dernier, à Châteauneuf-de-Randon, son assemblée générale de secteur pour le département de la Lozère et de la Haute-Loire. L’occasion de faire le point sur les négociations et la nouvelle formule de calcul du prix.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une vingtaine de personnes étaient présentes lundi dernier à Châteauneuf-de-Randon pour la réunion de l’APL Rodez réunissant les éleveurs des départements de la Lozère et de la Haute-Loire.
Une vingtaine de personnes étaient présentes lundi dernier à Châteauneuf-de-Randon pour la réunion de l’APL Rodez réunissant les éleveurs des départements de la Lozère et de la Haute-Loire. - © Aurélie Pasquelin

Créée en 2013, l’association des producteurs de lait Lactalis (APL) Rodez regroupe des éleveurs installés dans les départements de l’Aveyron, de la Lozère, de la Haute-Loire, de l’Hérault ou du Lot et livrant au leur lait au groupe. Fort d’un taux d’adhésion de près de 80 % sur ce vaste territoire, l’APL Rodez est actuellement découpée en quatorze secteurs dont deux en Lozère : un premier regroupant le nord du département et la Haute-Loire et un autre pour le sud de la Lozère.

Lozère et Haute-Loire réunies sur un secteur
Pour faciliter les échanges, l’organisation de producteurs souhaite cependant réduire le nombre de ses secteurs de moitié. C’est dans cette optique que l’APL Rodez organisait lundi dernier, à Châteauneuf-de-Randon, une réunion de secteur commune aux deux zones et ainsi communes aux départements de la Lozère et de la Haute-Loire.
Cette assemblée, qui a réuni une vingtaine d’éleveurs, a permis aux personnes présentes d’aborder les points d’actualité de la filière avec notamment la négociation des accords-cadres, le prix du lait… Comme toute assemblée, elle s’est accompagnée d’une partie statutaire concernant l’organisation de producteurs.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1501, du 14 mars 2019, en page 3.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui