Le Réveil Lozère 29 juillet 2020 à 09h00 | Par Marion Ghibaudo

L’ambroisie débarque en Lozère

L’invasion tant redoutée s’installe désormais en Lozère où quelques pieds d’ambroisie ont été découverts dans la vallée du Tarn. Les rendements agricoles peuvent être fortement diminués par l’ambroisie, plante originaire d’Amérique du nord.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’invasion tant redoutée s’installe désormais en Lozère où quelques pieds d’ambroisie ont été découverts dans la vallée du Tarn. Les rendements agricoles peuvent être fortement diminués par l’ambroisie, plante originaire d’Amérique du nord.
L’invasion tant redoutée s’installe désormais en Lozère où quelques pieds d’ambroisie ont été découverts dans la vallée du Tarn. Les rendements agricoles peuvent être fortement diminués par l’ambroisie, plante originaire d’Amérique du nord. - © S.Braud

Fortement présente dans le Gard, l’Ardèche et la Haute-Loire, l’ambroisie à feuilles d’armoise s’étend en Occitanie. La Lozère était, pour sa part, relativement épargnée jusqu’à présent, « mais le problème va arriver dans le département », confirme Anne-Marie Ducasse-Cournac, animatrice ambroisie pour la Fredon Occitanie et coordinatrice ambroisie pour le département de la Lozère. Transportée en graines par les camions de terre, les outils agricoles ou les foins entre autres, une fois que l’ambroisie s’installe quelque part, il devient difficile de s’en débarrasser.

Colonisation rapide
et pertes de rendements agricoles
Une fois implantée, l’ambroisie « peut conduire à des pertes de rendements sur les cultures et une augmentation des charges », détaille l’animatrice de la Fredon. « De plus, une diminution des revenus est constatée pour les agriculteurs : avec des pertes de cultures potentielles et des prix de vente dépréciés ». Le surcoût engendré par la lutte contre l’ambroisie dans les parcelles est estimé à 80 € par hectare en moyenne, selon une étude de la chambre d’agriculture de la Drôme.
Plante à fort pouvoir de dispersion, elle colonise rapidement les milieux ouverts et agricoles, et présente de plus en plus de résistance aux herbicides. « Son caractère opportuniste en fait une plante pouvant causer des pertes de rendements sur les cultures de printemps, notamment », détaille l’animatrice de la Fredon.
Les interventions pour gérer l’ambroisie doivent être effectuées à des périodes précises de l’année, et doivent être répétées régulièrement, entraînant une surcharge de travail pour les agriculteurs. Arrachage à la main, sarclage et rotation culturelle sont des pistes de travail pour gérer l’invasion, mais « malheureusement, l’éradication ne se fera pas en une seule année », souligne Anne-Marie Ducasse-Cournac. Une fois l’ambroisie installée dans leurs parcelles, les agriculteurs peuvent aussi être pénalisés au niveau de leurs aides Pac si les champs sont trop contaminés et malgré la mise en œuvre de moyens d’intervention, prévient la Fredon Occitanie.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1571, du 30 juillet 2020, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui