MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir Le Réveil Lozère quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique
Le Réveil Lozère 18 mars 2020 à 10h00 | Par IL

L’agroalimentaire peine à s’engager sur la biodiversité, selon France Stratégie

La biodiversité, tous en parlent. Mais ils sont peu nombreux à faire, si l’on en croit l’avis publié le 6 mars par France Stratégie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Cyrielle Delisle

L’organe de conseil indépendant rattaché à Matignon estime dans ce rapport que la biodiversité est « rarement identifiée comme un risque significatif et n’est pas intégrée dans la stratégie » des entreprises.
Pour le secteur agroalimentaire, France Stratégie s’est intéressée à 18 coopératives et industriels. L’organisme note que, dans le cadre de leur déclaration de performance extra-financière (DPEF), seules « trois entreprises identifient la biodiversité comme un risque significatif » : Bel, Sodiaal et Fleury Michon. Considérant les rapports d’activité de 20 coopératives (Tereos, Agrial, Invivo, Terrena, Axereal, Vivescia, Cooperl, Limagrain…), France Stratégie souligne que si 95 % d’entre elles mentionnent la biodiversité dans leur DPEF, seulement 20 % définissent une politique précise.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1552, du 19 mars 2020, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Des mesures de soutien du marché telles que l’intervention publique, l’aide au stockage privé, les retraits, etc. et des mesures de marché exceptionnelles sont disponibles dans le cadre de la Pac. Mais je ne vous cacherai pas que si de telles mesures s’avèrent nécessaires, elles auront des implications budgétaires

a prévenu Janusz Wojciechowski. Les ministres de l’Agriculture de l’UE, qui ont eu le 25 mars un échange en visioconférence, ont pour la plupart demandé à la Commission européenne de nouvelles simplifications

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui