Le Réveil Lozère 02 décembre 2015 à 08h00 | Par Anne-Marie Vincent

L'agriculture, une histoire de famille chez les Savajols

De génération en génération, ils se transmettent l'amour de la Brune et misent sur la génétique pour améliorer la race. Aujourd'hui, le Gaec du Coulagnet s'investit dans la préparation du 10e congrès mondial et du concours européen de la Brune. Deuxième article de notre série du mois de l'installation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Anne-Marie Vincent

À 81 ans, René Savajols le confie sans fausse pudeur : il est fier de voir à quel point la ferme de ses beaux-parents est devenue une belle et importante exploitation à Coulagnet (commune du Chastel-Nouvel) qui compte environ 70 vaches et 235 hectares (propriété et location). « Au début, j'avais peu de vaches. En 1965-1966, j'ai eu l'opportunité d'en d'acheter quatre ou cinq de plus, que de race Brune, venues de Suisse », se souvient-il. Encore maintenant, naissent des veaux issus de ces vaches ! Sans le savoir à l'époque, René Savajols était un précurseur. « J'étais fou mais bien conseillé », sourit-il. L'agriculteur construit sa première stabulation libre en 1974. Installé en Gaec au début des années 1980 avec son fils, Alain, il va petit à petit agrandir l'exploitation et son cheptel de vaches laitières. Toujours de race Brune. « C'est un bon compromis de rusticité et de rentabilité. Cette race a aussi des facilités de vêlage et une bonne qualité de lait », assure Alain Savajols. Le binôme fait déjà de la sélection pour améliorer la race. En 2009, c'est au tour de Maxime Savajols, en possession d'un bac pro et d'un certificat de spécialisation (CS) lait, de s'installer en Gaec avec son père. Il est rejoint par sa compagne, Fanny Runel, en début d'année. À 25 ans, Fanny Runel a plutôt un parcours atypique. Après un bac Stav (sciences et technologies de l'agronomie et du vivant) et son CS lait obtenu, cette fille d'agriculteur devient agent au service de remplacement, fait des contrôles laitiers, puis, travaille à mi-temps dans une pâtisserie à Mende. Elle s'est ensuite installée en individuel en 2014 lorsque 35 hectares se sont libérés, puis « j'ai saisi l'opportunité pour m'installer sur le Gaec du Coulagnet », explique la jeune femme.

La suite dans le Réveil Lozère, page 6, édition du 3 décembre 2015, numéro 1336.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

On nous demande beaucoup d’efforts pour améliorer nos produits, sur la qualité, sur l’environnement, ce qui occasionne des coûts supplémentaires. Et dans le même temps, nous subissons de plus en plus d’importations de produits qui faussent la concurrence, et ne correspondent pas aux standards sanitaires et environnementaux qu’on nous impose.

expliquait Jérôme Despey, secrétaire général du syndicat FNSEA, quelques heures avant le début du blocage des raffineries et dépôts de carburants.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui