Le Réveil Lozère 21 mars 2018 à 09h00 | Par Sophie Chatenet

L’agriculture, socle d’une instance influente

Colonne vertébrale de l’économie du Massif central, l’agriculture est évidemment représentée au sein du comité de massif, dont les membres viennent d’être nouvellement élus.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’élevage à l’herbe, ADN du Massif central.
L’élevage à l’herbe, ADN du Massif central. - © SC

Avec la fusion des régions, le Massif central s’étend désormais sur cinq régions administratives. Lyon, Bordeaux, Toulouse… autant de centres de décisions, relativement éloignés de ce qui fait le cœur de l’activité du Massif central : des territoires d’une densité relativement faible où l’activité agricole pèse plus qu’ailleurs. Instances issues de la loi Montagne, les comités de massif ont pour principale mission l’attractivité territoriale. Dans le Massif central, parler d’attractivité n’est pas un vain mot.

L’herbe, dénominateur commun
Le comité de massif par les projets qu’il soutient peut y contribuer, comme le souligne Tony Cornelissen, président du Sidam et de la chambre d’agriculture de Corrèze, nouvellement élu vice-président du comité de massif : « Pour l’agriculture, il est important de conserver une instance telle que le comité de massif, car qu’on le veuille ou non, que les frontières régionales aient été élargies ou pas, il y a du sens à se retrouver autour de sujets transversaux comme l’élevage à l’herbe ».

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1452, du 22 mars 2018, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.