Le Réveil Lozère 30 octobre 2018 à 16h00 | Par Sophie Chatenet

L’adaptation au changement climatique c’est maintenant

Alors que la sécheresse s’éternise dans bon nombre de départements, les responsables agricoles du Massif central, réunis à Saint-Flour, ont fait un point d’étape sur le projet AP3C.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le ministre de l’Agriculture a été sensibilisé à la démarche menée dans le Massif central.
Le ministre de l’Agriculture a été sensibilisé à la démarche menée dans le Massif central. - © Sidam

À l’ordre du jour de la dernière réunion de la Copamac-Sidam, de nombreux sujets : la loi alimentation, l’état d’avancement des recherches sur la lutte contre les campagnols terrestres, le projet Valomac concrétisé par le lancement de la marque alt.1886 au dernier Sommet de l’élevage, la Pac post-2020… Mais également, un point d’étape sur l’initiative AP3C, comprenez : adaptation des pratiques culturales au changement climatique. Porté par le Sidam en collaboration avec onze chambres d’agriculture (Allier, Aveyron, Cantal, Corrèze, Creuse, Loire, Haute-Loire, Lot, Lozère, Puy-de-Dôme et Haute-Vienne) et l’Idele, le projet a démarré en 2015. En partenariat avec le climatologue Vincent Caillez, il ambitionne de recueillir des informations localisées permettant une analyse fine des impacts du changement climatique sur le Massif central, en vue d’adapter les systèmes de production agricole du territoire et de sensibiliser les acteurs. « À mi-parcours, les données collectées sont déjà riches d’enseignements », estime le président du Sidam, Tony Cornelissen.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1482, du 1er novembre 2018, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui