Le Réveil Lozère 04 juillet 2018 à 11h00 | Par Chambre d'agriculture 48

L'accompagnement de la filière bio en 2017

Le point sur l'accompagnement de la filière bio par la chambre d'agriculture et Lozère bio. Plusieurs nouvelles collectes ont été mises en place en 2017.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

L'accompagnement des projets d'exploitations en 2017 a concerné les candidats à la conversion et ceux déjà engagés en production. Sur 2017, 55 candidats à la conversion ont été rencontrés dans le cadre du Point info bio pour un accompagnement sur les modalités de mise en place des cahiers des charges, les recherches de marchés, les soutiens publics mobilisables... La chambre d'agriculture a recensé plus de 200 contacts sur l'année 2017 pour accompagner sur les volets réglementaires, la Pac, le lien avec les entreprises de collecte et les aides aux investissements. Quinze diagnostics « Pass expertise bio » pour la conversion ont été réalisés. Ce diagnostic permet à l'éleveur de disposer d'une analyse technique, d'une projection économique de son entreprise et de définir l'ensemble des actions nécessaires à une conversion avant d'avancer sur la mise en place opérationnelle.
La chambre d'agriculture s'adapte aux besoins avec la mise en place d'appui technique spécifique AB par des conseillers identifiés pour chaque production : ovin, bovin, caprin lait, agronomie, PPAM. Par exemple en bovin lait, 12 exploitations ont fait le choix d'une option bio au contrôle laitier ce qui a nécessité la formation d'un technicien référent. C'est aussi le cas pour les PPAM.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1467, du 5 juillet 2018, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui