Le Réveil Lozère 08 avril 2015 à 08h00 | Par Guide du Pâturage

L’abreuvement au pâturage

Au pâturage, la fourniture d’une eau saine et abondante est capitale pour que l’animal puisse développer ses performances zootechniques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Abreuvoir muni d’un robinet installé en amont du flotteur.
Abreuvoir muni d’un robinet installé en amont du flotteur. - © Franck Mechekour

La consommation d’eau dépend notamment des conditions climatiques, du poids de l’animal et de son stade physiologique. Ainsi, pour une vache en lactation, en considérant qu’il fait plus de 28°C, le besoin journalier en eau est de 140 l ; pour une vache tarie, 60 l ; pour une vache allaitante 110 l ; pour une génisse de un à deux ans, 80 l et pour une brebis suitée, 20 l. Quel abreuvoir choisir ? Une odeur marquée limite la consommation d’eau (présence d’algue, de bouses, etc.). Les animaux ingèrent moins d’herbe, ce qui se traduit par une réduction des performances zootechniques. Les eaux stagnantes sont aussi sources de maladies et contiennent des parasites. Le temps passé et le nombre d’abreuvements journaliers diminuent au fur et à mesure que le débit de l’abreuvoir augmente : les abreuvoirs à bac sont à privilégier par rapport au système bol. Si elle est envisageable sur l’exploitation, la solution la plus judicieuse est l’adduction d’eau.

La suite dans le Réveil Lozère, page 10, édition du 9 avril 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le président a souhaité nous demander de continuer à mettre la pression. La pression sur les filières, la pression sur la grande distribution.

a lancé Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, à la sortie du Conseil des ministres du 21 octobre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui