Le Réveil Lozère 30 octobre 2013 à 08h00 | Par Émilie Wood

Jeûne - Contre la hausse de la TVA et l’écotaxe, jeûne et attente d’un miracle

Le président de la Capeb Lozère a entamé une grève de la faim sur l’aire du Viaduc de Millau le lundi 28 octobre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jean-Michel Marquès et Patrick Bounhol ne boiront que de l’eau de Lourdes pendant quatre jours afin « que l’artisanat soit enfin entendu. »
Jean-Michel Marquès et Patrick Bounhol ne boiront que de l’eau de Lourdes pendant quatre jours afin « que l’artisanat soit enfin entendu. » - © Sophie Barrial

De l’eau bénite de Lourdes, voici ce qu’ils boiront tous deux pendant quatre jours, dans un espoir d’un miracle, celui d’être reçu par le président afin d’être enfin écoutés.

« On en arrive au jeûne parce qu’on est au bout du bout. On n’est plus entendu par le gouvernement. Aujourd’hui, nos entreprises sont en baisse d’activité et on veut toujours nous taxer davantage. » Ainsi s’explique Jean-Michel Marquès, président de la Capeb Lozère (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment) sur le jeûne qu’il a entamé lundi avec son homologue de l’Aveyron Patrick Bounhol, et qui doit durer quatre jours, plus si nécessaire.

À lire dans le Réveil Lozère n°1231 du 31 octobre 2013, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« Cet accord UE-Mercosur, qui vise essentiellement à exporter des voitures européennes pour importer plus de viande sud-américaine, doit être stoppé. »

Estime le collectif Stop-Ceta. La FNSEA, les JA et la FNB ont réclamé le 18 septembre l’abandon de l’accord commercial entre l’Union européenne et la zone du Mercosur.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui