Le Réveil Lozère 04 avril 2018 à 10h00 | Par Aurélie Pasquelin

« Je suis sûre que Clémence s’en souviendra toute sa vie »

Gérard Dugard, Chantal Vincent et Clémence Boissier forment à eux trois une des équipes en lice pour le concours de cuisine de l’événement De la botte à la toque qui aura lieu dimanche prochain. Nous les avons suivis le temps d’un entraînement.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Clémence Boissier écoute attentivement les recommandations du chef Gérard Dugard pour pouvoir, dimanche prochain, faire le dessert elle-même.
Clémence Boissier écoute attentivement les recommandations du chef Gérard Dugard pour pouvoir, dimanche prochain, faire le dessert elle-même. - © Aurélie Pasquelin

Installée à La Borie, sur la commune de Saint-Étienne-du-Valdonnez, Chantal Vincent élève des bovins. Avec sa petite fille, Clémence, six ans, habitant à La Brousse et Gérard Dugard, chef de l’Auberge de Langlade, elle participera au concours de cuisine De la Botte à la Toque dimanche prochain à la halle d’Aumont-Aubrac. Extrêmement motivée, l’équipe multiplie, depuis plusieurs semaines, les entraînements pour proposer un plat élaboré à partir de Bœuf fermier Aubrac et d’une sauce au fromage AOP présent en Lozère ainsi qu’un dessert réalisé à partir de lait de brebis. Un vrai challenge pour les trois cuisiniers qui participeront pour la première fois à un concours. « Je n’ai pas l’habitude de participer aux concours, confie Gérard Dugard. Je n’aime pas particulièrement ça mais là le projet m’a paru intéressant. Je fais parfois des interventions pour les écoles et travailler avec les enfants me plaît beaucoup. » Concentrée et cuillère à la main, Clémence écoute toutes les recommandations du chef pour faire au mieux le dessert. Le jour du concours, il ne pourra pas intervenir sur le plan de travail. Alors la petite fille retient toutes les consignes pour préparer le dessert. « C’est agréable de travailler avec le chef, confie Chantal Vincent. Il est très patient et compréhensif avec Clémence. Il arrive à tous lui expliquer et elle est très attentive à ce qu’il dit. Je suis sûre qu’elle s’en souviendra toute sa vie. »

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1454, du 5 avril 2018, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui