Le Réveil Lozère 17 avril 2018 à 17h00 | Par Actuagri

Iran : Un marché toujours difficile d’accès

L’Institut de l’élevage a mené plusieurs missions afin de déterminer le potentiel que pourrait représenter le marché iranien pour l’agriculture française. Malgré la suspension des sanctions économiques, les échanges restent difficiles à mettre en œuvre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Après deux missions en Iran, l’Institut de l’élevage (Idele) a organisé une conférence pour rendre compte des opportunités et défis que représente le marché iranien pour l’agriculture française. Jean-Marc Chaumet, agroéconomiste à l’Idele, a commencé par rappeler quelques éléments de contexte. La population du pays, essentiellement jeune et urbaine, s’élève à environ 80 millions d’habitants. Pour le pays, très aride et régulièrement sous le coup de sanctions économiques, l’autosuffisance alimentaire est un enjeu social, politique et géopolitique majeur. Environ 80 % des 164 millions d’hectares du pays ont une mauvaise ou très mauvaise aptitude à l’utilisation agricole, voire sont totalement inexploitables. Seul 10 % du territoire est cultivé soit environ 16 millions d’hectares. La production est essentiellement centrée sur les céréales. Le cheptel iranien compterait environ 8 millions de bovins, 48 millions d’ovins et 19 millions de caprins. Mais il reste difficile à évaluer avec précision ; « les chiffres sont établis à partir des doses de vaccins distribués », précise Philippe Chotteau. La consommation de viande repose essentiellement sur la volaille.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1456, du 19 avril 2018, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Alors que la population agricole décroît, nous avons les moyens de donner envie aux jeunes générations non issues du monde agricole de nous rejoindre pour un nouveau projet de vie en s’installant en agriculture biologique.

a déclaré Guillaume Riou, à l’occasion de sa réélection à la présidence de la fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab).