MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir Le Réveil Lozère quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique
Le Réveil Lozère 30 décembre 2019 à 16h00 | Par JCD

InVivo accélère dans la réduction des phytos et le numérique

Le groupe InVivo souhaite « embarquer » ses 201 coopératives dans la « transition agricole et alimentaire », a-t-il indiqué le 17 décembre à la veille de sa convention annuelle à Paris.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« On sent une prise de conscience depuis les EGA », a déclaré le DG Thierry Blandinières : les coopératives admettent qu’« il faut réduire l’utilisation des phytos ». InVivo veut « être le catalyseur » de ce mouvement. Son plan stratégique s’articule autour de la « troisième voie » de l’agriculture, entre bio et conventionnel. À l’horizon 2030, l’objectif est de garantir « zéro résidu de pesticide dans l’assiette du consommateur », indique le DG de Bioline Laurent Martel. Le groupe s’engage à travailler avec des agriculteurs sous démarche HVE (haute valeur environnementale), en les accompagnant jusqu’à la certification (niveau 3). Il promet aussi de réduire les coûts de production de 50 euros par hectare de blé, notamment via l’agriculture de précision.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1541, du 01 janvier 2020, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Maintenir les marchés, c’est conserver le lien de confiance entre les producteurs et les consommateurs. Ces derniers doivent pouvoir continuer à s’approvisionner en produits frais au plus près de chez eux

ont dit dans un communiqué de presse commun les chambres d’agriculture, les JA, la FNSEA, le service Bienvenue à la ferme et Marchés de France. Une déclaration qui fait suite au discours d’Édouard Philippe.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui