Le Réveil Lozère 26 juillet 2017 à 08h00 | Par Aurélie Pasquelin

Installer un parc de contention collective fixe

Pour augmenter la sécurité et améliorer les conditions de travail, plusieurs éleveurs optent pour un parc de contention collective fixe. Installées à côté des bâtiments ces installations sont pensées pour faciliter la vie de l’éleveur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © MSA

« On estime qu’en moyenne, chaque année, les non-salariés agricoles sont victimes de près de 4 500 accidents du travail avec et sans arrêt causés par les bovins… ce qui représente environ 16 % du nombre total d’accidents du travail des non-salariés agricoles. » Ce constat de la MSA, montre l’importance de la présence d’un bon moyen de contention au sein de l’exploitation. Pour pallier ce risque, il existe plusieurs moyens de contentions disponibles : du matériel fixe, mobile, individuel ou collectif. Dans des élevages de taille importante et plus particulièrement dans des élevages allaitants, il est recommandé d’opter pour un matériel de contention collectif. Entre matériel fixe et mobile, le choix est ensuite dû à l’éleveur et aux pratiques au sein de l’exploitation. Un matériel de contention fixe offre la possibilité à l’éleveur de construire une grande partie de l’infrastructure. Il est alors divisé en trois parties : le parc d’attente, le couloir de contention et le parc de rassemblement. Ces équipements peuvent ensuite être complétés par une porte de tri, une porte cornadis, une cage de contention ou de pesée ainsi que des installations d’embarquement en sortie du couloir.


Le parc d’attente fixe
Première étape de la conception d’un parc de contention collectif fixe, le parc d’attente doit être réfléchi suivant le nombre d’animaux que l’on prévoit d’y mettre. On comptera ainsi 1,5 m² par bovin adulte et 2,5 m² pour une vache et son veau pour une hauteur de parois d’environ 1,80 m. La distance entre les poteaux doit-elle être de 2,50 m maximum. Le sol doit aussi être pensé pour permettre un bon maintien sanitaire de l’endroit. Le béton, glissant pour l’animal comme pour l’homme est déconseillé. On optera donc pour un sol empierré et tassé incliné avec d’une pente de 2 à 3 % permettant un nettoyage facile de l’endroit. Le dispositif de verrouillage des portes doit, quant à lui, être pensé pour être le plus simple possible. Deux formes de parc d’attentes sont couramment construites : les installations rondes, de type « boîte à camembert » offrent une occupation restreinte du sol et sont bien adaptées à la circulation naturelle des bovins. Néanmoins, on pourra aussi opter pour un parc d’attente de forme allongé, mieux adapté pour canaliser les animaux et éviter les mouvements tournants. « Dans ce cas de figure, il est très important de supprimer les angles où les animaux ont tendance à s’agglutiner, explique Gérard Molines, conseiller en prévention de la MSA du Languedoc. Cette forme allongée est aussi pratique car elle permet de construire un couloir de contention latéral. En optant pour ce type d’entrée de couloir, soit un entonnoir de 45°, on empêche la vache de voir le fond du couloir avant qu’elle ne s’engouffre dedans, elle sera donc plus encline à s’y engager que dans un système classique. »

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1420, du 27 juillet 2017, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Le loup n’est plus une espèce en voie de disparition. Nous faisons du lobbying à Bruxelles avec la Finlande pour le sortir de la liste des espèces en voie de disparition.

a affirmé Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture devant le congrès des Jeunes agriculteurs, le 6 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui