Le Réveil Lozère 12 décembre 2017 à 08h00 | Par Actuagri

Installation en élevage : une situation qui inquiète le monde rural

En élevage, comme dans toutes les filières la transmission et le renouvellement des générations sont des problématiques importantes. Depuis plusieurs années, on assiste en effet au vieillissement des chefs d’exploitation. Un phénomène qui n’est pas sans conséquence pour les territoires ruraux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Il est important d’échanger sur l’installation afin de trouver une solution à un problème qui inquiète le monde agricole et que l’on n’arrive encore pas à résoudre : celui du renouvellement des générations », a rappelé Philippe Lescoat, vice-président de l’AFZ (association française de zootechnie), en introduction d’une journée organisée par l’AFZ sur le thème de l’installation et la transmission. Actuellement, le renouvellement des générations est, en effet, insuffisant pour pallier le vieillissement des chefs d’exploitation. D’après les chiffres avancés par Christophe Perrot, chargé de mission à l’Institut de l’élevage, le pourcentage de chefs d’exploitation de moins de 40 ans possédant un cheptel est en baisse, tandis qu’ils sont de plus en plus nombreux à avoir plus de 50 ans. Dans les années 2000, grâce à la préretraite installation, mise en place dans les années 1990, le vieillissement des chefs d’exploitation était en partie endigué. Environ 40 % des chefs d’exploitation en élevage avaient ainsi moins de 40 ans à cette période, contre moins de 30 % à l’heure actuelle et 35 % avant 1990. Mais la fin de cette mesure a marqué un retour en arrière.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1438, du 14 décembre 2017, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui