Le Réveil Lozère 08 janvier 2014 à 08h00 | Par Patricia Olivieri

Innovation - Lieutadès met les gaz sur la méthanisation collective

La petite commune du Caldaguès est la première de France à se lancer dans un projet de méthanisation porté par la mairie avec des retombées multiples.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
D’ici fin 2014, une unité de méthanisation collective devrait être implantée tout près de Lieutadès, dans le Cantal.
D’ici fin 2014, une unité de méthanisation collective devrait être implantée tout près de Lieutadès, dans le Cantal. - © P. Olivieri

C’est un paisible petit bourg du Caldaguès, frontalier du voisin aveyronnais avec lequel il partage le même moteur économique : l’agriculture et l’élevage bovins en particulier. On est bien loin ici de tout pôle de compétitivité et a fortiori des circuits classiques de recherche-développement. Et pourtant… La commune de Lieutadès est en passe de démontrer que ruralité rime aussi avec innovation et que la matière grise n’est pas l’apanage de cols blancs franciliens ou des grandes métropoles très en vogue. Si les habitants de la commune tirent leur surnom (les Capujadous) du couteau avec lequel ils taillaient jadis le bois des chevilles fixant les lauzes sur les toits, c’est vers une autre ressource que la municipalité se tourne aujourd’hui : l’énergie issue de la méthanisation. Ainsi, d’ici fin 2014, une unité de méthanisation collective devrait être implantée tout près du bourg pour éviter toute déperdition de chaleur avec un futur réseau de chaleur communal. «C’est un projet unique en France dans le sens où il est porté par une collectivité», souligne Damien Puech, technicien à l’espace Infos énergie biomasse (Bois énergie 15) qui a accompagné le conseil municipal dans ses démarches depuis bientôt trois ans.

À lire dans le Réveil Lozère n°1241 du 9 janvier 2014, en page 7.

Et une Cuma spécifique en projet

Les quatre digesteurs de l’unité implantée à proximité du bourg sur un terrain de 5900 m², seront alimentés tous les deux mois (en alternance tous les 15 jours) par un total de 6000 tonnes de fumier issues de 13 élevages (de Lieutadès, Jabrun, Chaudes-Aigues et Cantoin), complétées par des déchets de tontes, fauches, fruits et légumes…

Au-delà des deux emplois communaux prévus pour assurer le fonctionnement et la maintenance de l’unité, la mairie prévoit de créer une Cuma spécifiquement dédiée à cette activité et à laquelle elle adhèrerait. L’idée est de s’équiper du matériel nécessaire pour aller chercher le fumier chez les éleveurs apporteurs. Sachant que les plans d’épandage seront établis par l’usine.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Cet accord leur apporte une meilleure protection et une meilleure valorisation sur le marché chinois. Il contribue à promouvoir le modèle de développement rural associant terroir, producteurs et consommateurs qu’incarnent les indications géographiques. Il apporte un gage supplémentaire de qualité pour les faire apprécier des consommateurs chinois et réciproquement.

indique Didier Guillaume dans un communiqué du 6 novembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui