Le Réveil Lozère 03 juillet 2019 à 11h00 | Par Nancy Sagnet

Incendie de grange : une solution connectée pour prévenir les risques

Les incendies sont fréquents dans les stockages de fourrage. Pour prévenir les risques, les sondes à fourrages alertent les éleveurs d’une élévation anormale de la température.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Aurélie Pasquelin

De mauvaises conditions de séchage, un tassement trop important, une humidité trop élevée… Plusieurs facteurs peuvent provoquer une fermentation excessive du fourrage Ce phénomène entraîne chaque année, plusieurs incendies de grange. Une innovation technologique a été récemment mise sur le marché pour prévenir le risque d’incendie : ce sont les sondes à fourrages.
Vincent Bonnet, éleveur de brebis sur la commune d’Aumont-Aubrac, teste les sondes à fourrages depuis plus d’un an. « Sur mon exploitation, je viens de changer de système de pressage en passant d’un système balle ronde à un système de botte carré. Ces dernières ont tendance à plus fermenter. C’est pourquoi, j’ai décidé d’investir dans des sondes à fourrages pour plus de sécurité », indique Vincent Bonnet. L’agriculteur dispose d’un kit de dix sondes à fourrages. Neuf sont prévues pour rester dans la même botte jusqu’au déstockage. Elles sont activées en passant un aimant sur leur numéro correspondant. « Pour confirmer leur activation, nous recevons un SMS », ajoute l’éleveur. La dernière sonde est mobile. Elle est prévue pour être déplacé et vérifier les températures d’une botte quelconque.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1517, du 4 juillet 2019, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui